Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
etienbled-sophie.over-blog.com

Blog littéraire : A la découverte de mes écrits et mes coups de cœur ou de gueule.

LE CONSENTEMENT Vanessa Springora

Un livre qui ne peut laisser indifférent par les interrogations qu'il soulève.

Un livre qui ne peut laisser indifférent par les interrogations qu'il soulève.

   La vie est faite de rencontres : belles ou hasardeuses, elles infléchissent le cours d'une existence. Mais, à l'adolescence, certaines peuvent être désastreuses et entraîner des répercussions traumatisantes.

   C'est ce qui arrive à V. quand G.M. jette son dévolu sur elle, ado timide, pas très épanouie, comme beaucoup à cet âge, particulièrement sensible et pourvue d'un indéniable penchant pour la littérature.

  Le livre/manifeste tente de comprendre le déroulement de cette emprise.

   A treize ans a-t-on les défenses nécessaires pour évaluer la situation et résister au charme d'un personnage auréolé par le succès obtenu auprès d'un certain public à une époque où la permissivité était de mise ; où même un président témoignait de l'estime à celui que d'autres n'hésitaient pas à qualifier de pédophile ?

   Quand on ne possède pas le vocabulaire approprié pour reconnaître un "pervers narcissique" ou un "prédateur sexuel", on ignore qu'on est manipulé.

   Cette lecture interroge précisément sur le rôle qu'on peut attendre des proches d'un adolescent. Quel parent n'a pas été confronté au désir d'émancipation, à la revendication de liberté, émises par son enfant de quatorze, quinze ou seize ans ?

La société ne cesse de prôner l'écoute, déconseille l'autoritarisme de peur de "rogner les ailes" du futur adulte. Alors quelle est la voie à privilégier ?

V., avec le recul, quelque trente ans plus tard, dit qu'elle appelait au secours en provoquant son père, le grand absent de sa vie, alors que "les pères sont pour leurs filles des remparts". Elle ne comprend pas que sa mère ait si facilement cédé à son "histoire amoureuse" avec un homme de trente-six ans son aîné !

Elle s'étonne que les adultes qui gravitaient autour d'elle, professeurs, médecins, amis, (on reste abasourdi devant le rôle de Cioran), n'aient jamais tiré la sonnette d'alarme ou si peu.

On en retire l'image d'une enfance et d'une adolescence en terrible manque d'amour et de références. Déniées. Volées. Avec des conséquences terrifiantes : V. est déscolarisée, asociale, anorexique, en voie de dépersonnalisation. Et malgré la rupture et les années, la manipulation persiste.

Je ne sais si son témoignage appartient à la littérature (les critiques en jugeront), mais il fallait briser le silence.

 

Je n'ai jamais ouvert un livre de Gabriel Matzneff et je n'en ai aucune envie. Le personnage provoque des haut-le-cœur Et il existe tant de livres qui méritent d'être lus..

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article