Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
etienbled-sophie.over-blog.com

Blog littéraire : A la découverte de mes écrits et mes coups de cœur ou de gueule.

J'ai encore menti Gilles Legardinier

Un livre que j'ai laissé plusieurs mois dans la pile qui entoure mon chevet et que je suis ravie d'avoir gardé pour cette période de confinement car l'écriture humoristique, incluant souvent la prise au pied de la lettre par l'héroïne des formules de notre langage, est totalement rafraîchissante.

Un livre que j'ai laissé plusieurs mois dans la pile qui entoure mon chevet et que je suis ravie d'avoir gardé pour cette période de confinement car l'écriture humoristique, incluant souvent la prise au pied de la lettre par l'héroïne des formules de notre langage, est totalement rafraîchissante.

Laura est une héroïne un peu déjantée comme d'ailleurs sa meilleure amie Lucie qui "enroule le fil-serpent qui reliait son "téléphone" à la prise en le secouant vigoureusement... pour vider le courant qui pourrait rester dans le câble."

Laura travaille au service social de la ville et adore se raconter des histoires pour pimenter sa vie de célibataire. Elle occupe aussi ses mercredis après-midi à seconder ses amies en accompagnant leur progéniture. C'est ainsi qu'au cours d'un anniversaire d'enfant elle monte à cheval pour la première fois de son existence. Je dois dire que la balade avec la ponette Tartiflette est un morceau d'anthologie de drôlerie.

"Je vous passe les détails parce qu'il y en a trop et que certains me font honte. Le casque qui vous écrabouille la tête et vous fait un crâne d'œuf, le gilet de sauvetage avec dos renforcé directement inspiré d'un engin de torture de l'Inquisition espagnole (...) Puis arrive l'instant redouté : le premier face-à-face avec Tartiflette. Sa mèche masque en partie ses yeux, ce qui lui donne un air fourbe.

Je tente de l'amadouer :

Je vais m'asseoir sur toi, mais n'y vois rien de personnel. Je te respecte sincèrement. Je vais essayer d'être légère. Je te propose un marché très clair basé sur une estime réciproque : tu ne rues pas et je ne me sers jamais de ma cravache. Tu verras à la fin, on sera super copines (...)

Elle ne répond pas. Si ça se trouve, elle est sourde. Avec ma veine, je suis tombée sur la dernière réincarnation de Beethoven. De toute façon, même si ce drôle d'animal est honnête, avec sa mèche sur les yeux, il ne voit rien. On va se manger le premier mur venu"

J'ai encore menti		Gilles Legardinier

Laura est si angoissée sur sa monture qu'elle fait une chute qui la plonge dans un coma dont elle se réveille en partie amnésique, avec la vision du monde d'une jeune enfant..

Il va donc lui falloir réapprendre l'essentiel de sa vie et notamment le fonctionnement des objets du quotidien, ce qui donne lieu à des réactions naïves et des situations baroques.

Comme au mariage de son frère quand elle suppose que la femme qu'elle voit est "allergique aux insectes parce qu'elle porte une grosse moustiquaire blanche sur la tête."

Le moindre objet du quotidien peut lui poser problème. Son amie Lucie, qui ne manque pas de fantaisie, l'aide à se reconnecter à son existence, mais parfois de manière particulière. Ainsi quand son père vient manger chez elle :

" Je réapprends à cuisiner et, pour le moment, les filles ne m'ont enseigné que les desserts, alors je t'ai fait des sablés en entrée, un quatre-quarts en plat et une tarte aux pommes en dessert.

Il me regarde étrangement, puis répond simplement :

Parfait."

La reprise en main de son univers est pleine de sel et de déboires. Mais tout au long du roman nous nous attachons à cette charmante hurluberlue et découvrons avec elle les pièges de l'existence mais aussi ses bons côtés et les valeurs qui aident à continuer.

 

Une lecture légère qui ne manque cependant pas de notations profondes.

Appréciable en ces semaines anxiogènes.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article