Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
etienbled-sophie.over-blog.com

Blog littéraire : A la découverte de mes écrits et mes coups de cœur ou de gueule.

Dessine-moi une vie Sophie etienbled 4

Dessine-moi une vie Sophie etienbled 4

Une fois sur la rive droite de la Seine, je remontai la rue qui menait à la cathédrale. (...)

Dessine-moi une vie Sophie etienbled 4

Je pénétrai ensuite dans la cathédrale toute proche ; la lumière feutrée et le silence me firent du bien. Je fis le tour en touriste docile et je m'amusai même de constater l'introduction du modernisme jusque dans les ultimes replis de la tradition. Les confessionnaux de bois ouvragés restés en place voisinaient désormais avec un cube flambant neuf dont une petite lumière rouge réglementait l'accès. Trois personnes attendaient sagement leur tour en guettant son passage au vert.

Dessine-moi une vie Sophie etienbled 4

            Je continuai machinalement ma ronde et dans le déambulatoire je m'attardai devant les tombeaux des ducs de Normandie. Selon l'épitaphe rédigée en latin, l'un de ces ouvrages de pierre contenait le cœur du fameux Richard Cœur-de-Lion. Il avait tant aimé la cité de Rouen qu'il aurait voulu lui faire ce don en "remembrance d'amour pour la Normandie". Mon cœur à moi saignait aussi de "remembrance d'amour" dans ma poitrine et je me demandai si savoir le nom du meurtrier de ma fille l'apaiserait.

Dessine-moi une vie Sophie etienbled 4

            Je m'arrêtai ensuite devant le célèbre vitrail de Saint Julien l'Hospitalier qui avait inspiré un conte à Gustave Flaubert. Le jeune Julien s'était laissé tromper par les apparences : emporté par un jugement trop impulsif, il avait tué père et mère. Je me sentais tout aussi piégée par les apparences : plus je croyais approcher le mystère de Stéphanie, plus il s'épaississait. Philippe, ma mère, madame Paon, Mickaël et maintenant ce Massimo qu'avait évoqué la policière...  Comment s'emboîtaient les pièces du puzzle ?

Dessine-moi une vie Sophie etienbled 4

            Je cherchai des mots de prière mais mon esprit n'était que tumulte. Alors je sortis et je allais m'asseoir sur un banc, ce qui me permit d'admirer les fines structures élancées du monument. Mais une fois encore je fus ramenée à mon unique obsession : au-dessus du porche de gauche, une acrobatique Salomé de pierre, les pieds en l'air, pirouettait sur les mains pour réclamer à Hérode la tête de Jean-Baptiste. Stéphanie aussi aimait danser. Quel entrechat de trop avait enclenché son malheur ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article