Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
etienbled-sophie.over-blog.com

Blog littéraire : A la découverte de mes écrits et mes coups de cœur ou de gueule.

Un loup pour l'homme (quatrième partie)

Un loup pour l'homme (quatrième partie)

Et la rumeur est volage. Bientôt le public, suivant les humeurs des média, prit fait et cause pour une vénérable souris, septuagénaire aux doigts verts, qui passait l'essentiel de ses journées sur la tombe de sa mère. Accusée de transformer le lieu dévolu aux défunts en jardin et de marcher sur les plates-bandes des préposés municipaux, elle s'était vue "interdite de cimetière" !

(C'est une autre histoire qui fera l'objet d'un autre récit)

On oublia Hermance et ses promoteurs...

Un loup pour l'homme (quatrième partie)

Le loup en profita pour prendre la mouche. Il avait lu ses classiques et menaça de souffler si fort que tous les fruits, les fleurs, les feuilles et les branches s'envoleraient dans un rayon de cent miles à la ronde, emportant sa bergerie dans un vent d'apocalypse ! Désormais isolée, Hermance dut s'incliner.

Alors vint le temps des grues et des tractopelles. Parchés sur leurs engins ou fouissant le sol, castors polonais et écureuils de Turquie, de l'aube au crépuscule, menaient un train d'enfer, harcelés par le dogue bougonnant. On dépêcha une renarde aux yeux ourlés de khôl auprès de l'aïeule malmenée. Elle lui promit montagnes et œufs d'or pendant que les étages escaladaient le ciel : nul désagrément qui ne serait compensé quand le grand œuvre serait achevé ! Malgré son long vécu, Hermance voulut la croire. A quatre-vingt-quatre ans, il est tant de sujets de désespérance ; on aimerait encore un peu miser sur la solidarité des vivants !

Un loup pour l'homme (quatrième partie)

Mais tout fut fini, pirouettes et cabrioles, toute la faune bâtisseuse disparut à la queue leu leu. La renarde fort civilement pritt congé ; elle se retirait de l'affaire pour donner naissance au renardeau qui squattait son ventre rebondi. Elle ne pouvait plus rien et souhaitait à Hermance bonne chance tout en se lavant les pattes. Le loup avait flairé de nouveaux dossiers pécuniairement juteux et le dogue ricanant partait sur d'autres chantiers, jurant, mais un peu tard, qu'on ne le prendrait plus à se laisser retarder par des sursitaires de l'abattoir.

Suite et fin au prochain épisode...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article